Suis-je obligé de souscrire à une assurance santé complementaire

Lorsque les olim hadashim débarquent en Israël de France, de Belgique, du Québec ou de Suisse, il est nécessaire d’apprendre deux langues : l’hébreu, et le russe. L’hébreu pour trouver un travail et le russe pour parler avec l’administration israélienne, et comprendre en particulier le système d’assurance maladie israélien, la Koupat Holim.

Car l’Aliyah reste un parcours du combattant dans lequel l’environnement linguistique n’est pas toujours votre allié.

 

Les difficultés du système de santé israélien pour un olé hadash francophone.

Au moment du débarquement en Israël, les olim francophones devront choisir une caisse d’assurance maladie (Koupat Holim), qui gérera l’ensemble des besoins du patient. Il s’agit, bien plus que le Bituah Leumi, des intermédiaires indispensables entre vous et le monde médical israélien.

Maccabi, Clalit, Meuhedet et Leumit se partagent le “marché” du système de santé. Ce ne sont pas à proprement parler des assurances privées, car elles fonctionnent sur le modèle d’organisation à but non lucratif.

Depuis la loi de 1995 sur la couverture santé, aucun citoyen israélien ne peut se voir nier l’inscription à une Koupat Holim. Chaque citoyen israélien a dans l’obligation de s’inscrire à l’une de ses caisses.

Face à un système totalement nouveau, et sans maîtrise de la langue, on ne souhaite pas prendre le risque de commettre la moindre erreur avec sa santé et celle de ses proches.

Comment éviter de faire un faux pas dans ce labyrinthe administratif?

 

Un système d’assurances complémentaires

En plus de ce système de base, différents niveaux de couvertures complémentaires se sont mises en place.

Tout d’abord au sein même des Koupot Holim, des niveaux de protection supplémentaire sont proposés, que ce soit via Maccabi Sheli ou Clalit Mushlam.

Cependant, ces couvertures trouvent rapidement leurs limites, et la déception peut être importante lorsque les délais d’obtention d’un rendez-vous médical restent importants et que le choix reste limité.

Comment s’y retrouver, et être sur d’avoir le bon système complémentaire, tout en comprenant parfaitement l’ensemble des prestations dont on peut bénéficier?

 

Obligatoire, non. Indispensable, oui.

Pour un francophone, s’il est habitué au système français, la question d’une assurance complémentaire santé devient rapidement une nécessité.

Trois problématiques sont soulevées pour les olim en recherche d’une solution efficace:

• La Liberté de choix : en passant par la Koupat Holim, votre choix sera limité par la liste de médecins avec laquelle votre caisse d’assurance maladie israélienne travaille. Comment être sûr d’avoir accès au spécialiste que vous souhaitez? Comment avoir la possibilité de sélectionner un médecin francophone en Israël? Avec une assurance santé complémentaire francophone, vous pouvez enfin avoir cette liberté de choisir.

• Des délais d’attente considérablement raccourcis: la seconde raison pour laquelle de plus en plus d’Israéliens souhaitent souscrire à une assurance privée se trouve dans la possibilité d’avoir accès rapidement à un spécialiste, alors même que l’attente en passant via une Koupat Holim peut très aisément se compter en mois.

• Un interlocuteur francophone: Il s’agit sans aucun doute d’un des points fondamentaux, car si la volonté d’intégration en Israël via l’apprentissage de l’hébreu reste intact, il est cependant vital, surtout lorsque l’on est retraité ou avec des enfants, d’avoir la certitude de comprendre intégralement toutes les questions liées à la santé.

Avec Isracare, si l’assurance santé complémentaire n’est pas obligatoire, elle devient indispensable, afin d’avoir accès, par téléphone, à votre interlocuteur francophone qui pourra répondre à l’ensemble de vos questions concernant votre santé en Israël.

Leave Comment